Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

Publié le par Le jardin Le Clos fleuri de Claudette

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

Nous avons tant aimé le Vallon du Combeau avec sa flore et sa faune ,que nous y sommes retourné à quatre personnes ,une balade touristique plus qu'une randonnée à vrai dire ,car même si nous avons bien marché , nous avons eu beaucoup de temps d'arrêt à regarder les fleurs et les marmottes !!!!!!

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

Distance : 12,800 kms

Temps écoulé : 6h58 

Temps de déplacement : 4h05 

Dénivelé : 553 m

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

 

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

 

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

 

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

Une journée de Marmotte.

La marmotte sort de son terrier juste avant le lever du soleil. Après de nombreuses salutations faites aux autres membres de la colonie, et après une minutieuse toilette, elle part faire son premier repas. Elle se nourrit essentiellement de plantes, racines, bulbes, fleurs. Elle peut aussi manger des vers ou des insectes. Elle ne boit pas d’eau, celle contenue dans les plantes lui suffit. En fin de matinée arrive le temps de la sieste au soleil pour les adultes et des jeux pour les petits. Vers midi, il fait trop chaud et elle rentre dormir au frais dans son terrier. Elle en sort de nouveau en milieu d’après-midi pour prendre son deuxième repas. Avant le coucher du soleil, toute la colonie sera rentrée. Animal exclusivement diurne, la marmotte ne sort jamais la nuit.

En cas de mauvais temps, elle reste au terrier. Elle ne connait la montagne que sous le soleil !

La marmotte est l’un des symboles de la nature montagnarde. Sa silhouette dodue, ses attitudes cocasses, les cabrioles de ses petits, l’utilisation de ses mains pour manger, sa fréquente station debout, apportent une belle note de fantaisie. Gros rongeur de la même famille que l’écureuil, c’est un mammifère plantigrade dont le poids adulte varie entre 4,5 et 8 kg en fonction de l'âge et du moment de l’année. On la trouve en montagne entre 1000 et 3000 m, dans des espaces découverts et bien ensoleillés, en général dans des pentes herbeuses parsemées de rochers, ou dans des éboulis. Elle vit en petites colonie d’origine familiale.

La reproduction.

Une femelle ne fait des petits qu’un an sur deux. La parade nuptiale commence 8 à 15 jours après la sortie de l’hibernation. L’accouplement a lieu dans le terrier, et 2 à 6 petits naissent 5 semaines plus tard. Tout nus et aveugles, ils ne pèsent qu’une trentaine de grammes. Ils grossissent vite, et pointent leur museau à la sortie du terrier au bout d’un mois. Ils vont progressivement s’aventurer à l’extérieur et se livrer à toutes sortes de cabrioles et de jeux sous l’œil attentif des parents. La maturité sexuelle est atteinte à 3 ans. Une marmotte vit en moyenne une quinzaine d’années.

 

Le terrier.

Le terrier est l’élément central de la vie de la marmotte. Elle ne s’en éloigne guère. Au total, en tenant compte des mois d’hibernation, des nuits et des périodes de mauvais temps, la marmotte passe 80 % de son temps de vie dans son terrier !!

Les différentes entrées sont en général orientées au sud. Elles donnent sur des galeries parfois assez longues, certaines pouvant atteindre 20 m. Elles aboutissent à une chambre de repos garnie de foin. Plus loin on trouvera une petite salle pour les crottes car la marmotte est très propre. Le terrier est un refuge en cas d’attaque de prédateur, et à la moindre alerte la marmotte se précipite à l’intérieur. Si elle doit s’éloigner pour chercher de la nourriture, elle aura pris soin de creuser autour d’elle des tubes de fuites, sortes de petites galeries en cul-de-sac.

La plupart du temps, le terrier d’hibernation est différent du terrier de vie et il est situé en contrebas. C’est à la mi-septembre qu’elle s’affaire à le préparer.

 

L’hibernation.

En septembre les marmottes s’alimentent en permanence pour constituer des réserves de graisse. En octobre, par groupes de 4 à 7 individus, elles s’enferment pour l’hiver dans des terriers profonds garnis d’une confortable litière d’herbes sèches, et s’endorment la tête sous la queue. Plongées dans un sommeil profond, leurs fonctions vitales vont ralentir. Leur température passe de 39 °C à moins de 10 °C, leur rythme cardiaque descend de 200 à 30 pulsations / min, et elles ne respirent que 1 à 2 fois par minute. A la mi-avril, elles se réveillent progressivement et débouchent le terrier. Encore engourdies, elles attendront une semaine la remise en route de leur système digestif avant d’aller chercher leur première nourriture parmi les plaques de neige encore présentes.

 

Le sifflement.

A la moindre alerte, la marmotte siffle. Ce signal d’alarme, qui est en fait un cri strident et aigu, porte à plus de 1 kilomètre. C’est l’un des sons les plus caractéristiques de la montagne. Si le danger est éloigné,  par exemple un renard en approche, le cri est repris plusieurs fois. S’il s’agit d’un aigle royal, principal prédateur de la marmotte, le cri est unique, violent, et la montagne se vide instantanément de ses petits occupants qui se réfugient dans leurs terriers.

Où les voir dans le Vercors ?

Hormis " Le Vallon du Combeau "

Il y a une belle colonie sur  les alpages de la Molière au-dessus d’Autrans. Facilement accessibles l’été, ces alpages se prêtent à de magnifiques observations en famille. D’autres colonies sont également présentes au dessus de Villard de Lans, sur les crêtes est du Vercors, vers Font d’Urle et sur les Hauts Plateaux.

 

Recommandations.

Bien que fort sympathique et parfois bien acclimatée à la présence de l’homme, la marmotte reste un animal sauvage, dont les réactions peuvent être imprévisibles. Elle peut en particulier infliger de graves morsures si on tente de l’attraper ou si on met la main dans son terrier.

 

Le saviez-vous?

- Un plantigrade est un mammifère qui marche en posant toute sa plante de pied sur le sol, comme  la marmotte, l’ours, le blaireau, l’écureuil et … l’homme.

- L’hibernation est un état physiologique d’hypothermie régulée permettant à l’animal de passer les rigueurs de l’hiver. Outre la marmotte, on peut citer le loir, le lérot, le muscardin, le hérisson.

- L’hivernation est un état de somnolence sans diminution de la température corporelle. L’exemple le plus connu est celui de l’ours.

 

LA MARMOTTE                 Genre et espèce  La marmotte, Marmota marmota, est un animal fouisseur de la famille des Sciuridés, et de l'ordre des Rongeurs.                     Description de l'espèce  La marmotte présente un pelage marron, un corps trapu et de petites oreilles rondes et une queue courte. Elle possède une vue et une ouïe excellente. Ses pattes courtes et puissantes sont munies de longues griffes à l'avant ce qui lui permet de creuser efficacement les terriers qui lui servent d’abris.  Elle mesure entre 44 et 73 cm de longueur (avec la queue) pour un poids allant de 2,3 kg à 6,5 kg pour les plus robustes en automne.  La marmotte est caractérisée par les cris d'alertes aiguës assimilés à des sifflements, c'est ce qui lui vaut le surnom de sifflex.

LA MARMOTTE Genre et espèce La marmotte, Marmota marmota, est un animal fouisseur de la famille des Sciuridés, et de l'ordre des Rongeurs. Description de l'espèce La marmotte présente un pelage marron, un corps trapu et de petites oreilles rondes et une queue courte. Elle possède une vue et une ouïe excellente. Ses pattes courtes et puissantes sont munies de longues griffes à l'avant ce qui lui permet de creuser efficacement les terriers qui lui servent d’abris. Elle mesure entre 44 et 73 cm de longueur (avec la queue) pour un poids allant de 2,3 kg à 6,5 kg pour les plus robustes en automne. La marmotte est caractérisée par les cris d'alertes aiguës assimilés à des sifflements, c'est ce qui lui vaut le surnom de sifflex.

Habitats  La marmotte peut être observée entre 1300 et 3000 m d'altitude. Ces territoires de prédilections sont des zones ouvertes à proximité des bois tels que des prairies, des pâturages ou des broussailles. Animal fouisseur, la marmotte privilégiera des zones où la terre est meuble et où les ressources en herbe sont importantes comme sur les pentes herbeuses ensoleillées .  La marmotte vit principalement dans les terriers qu'elle se creuse. Munis d'une entrée principale et de quelques trous de guets, ils peuvent atteindre 120 à 150 cm de profondeur. Tapissés d'herbes sèches, ils se composent principalement d'une chambre correspondant au nid et d'une autre zone dans laquelle la marmotte dépose ses déchets. Elle réalise jusqu'à trois types de terriers, les terriers d'hiver sont creusés plus profonds que les terriers d'été afin de se protéger du gel. Les terriers d'été sont construits par la femelle pour y mettre bas et pour les premiers stades de développement des jeunes. D'autres terriers dits « de fuite » servent de refuges en cas de danger immédiat.  Une fois abandonnés, les terriers creusés serviront de refuges à d'autres animaux.  Facilement observables à Lanslevillard on peut observer les marmottes sur les vallons et autres pelouses d'altitude pouvant même aller jusqu'aux abords des villages.

Habitats La marmotte peut être observée entre 1300 et 3000 m d'altitude. Ces territoires de prédilections sont des zones ouvertes à proximité des bois tels que des prairies, des pâturages ou des broussailles. Animal fouisseur, la marmotte privilégiera des zones où la terre est meuble et où les ressources en herbe sont importantes comme sur les pentes herbeuses ensoleillées . La marmotte vit principalement dans les terriers qu'elle se creuse. Munis d'une entrée principale et de quelques trous de guets, ils peuvent atteindre 120 à 150 cm de profondeur. Tapissés d'herbes sèches, ils se composent principalement d'une chambre correspondant au nid et d'une autre zone dans laquelle la marmotte dépose ses déchets. Elle réalise jusqu'à trois types de terriers, les terriers d'hiver sont creusés plus profonds que les terriers d'été afin de se protéger du gel. Les terriers d'été sont construits par la femelle pour y mettre bas et pour les premiers stades de développement des jeunes. D'autres terriers dits « de fuite » servent de refuges en cas de danger immédiat. Une fois abandonnés, les terriers creusés serviront de refuges à d'autres animaux. Facilement observables à Lanslevillard on peut observer les marmottes sur les vallons et autres pelouses d'altitude pouvant même aller jusqu'aux abords des villages.

       Alimentation  La marmotte est  principalement végétarienne, elle consomme aussi bien des fleurs que des bourgeons, des tiges ou encore des graines. La consommation de petits invertébrés peut également faire partie de son régime alimentaire.

Alimentation La marmotte est principalement végétarienne, elle consomme aussi bien des fleurs que des bourgeons, des tiges ou encore des graines. La consommation de petits invertébrés peut également faire partie de son régime alimentaire.

Cycle de vie  La marmotte hiberne pendant tout l'hiver. L'hibernation est une « stratégie » qui permet aux animaux de passer les périodes plus maigres en ressources tel que l'hiver en limitant la dépense d'énergie.  En effet, quand la température baisse suffisamment, l'activité de ces rongeurs baisse et vient le temps de rentrer en hibernation au chaud dans leur terrier. Les marmottes bloquent l'accès par l'intérieur en colmatant l'orifice par de la terre et de l'herbe. Gavées par la consommation importante de ressources présentes à la belle saison, elles se sont munies d'une couche de graisse qui leur permettent de passer l'hiver sans manger. Les marmottes entrent alors en état de vie ralentie, elles « dorment »: leur rythme cardiaque et leur température corporelle diminuent pour ne pas épuiser leurs réserves.  L'hibernation dure environ 5 mois (entre mi-octobre et mi avril). Elles se réveillent toutes les 3 ou 4 semaines afin d'évacuer les déchets qui s'accumulent dans leur vessie. Avec l'alternance de ces coupures les marmottes peuvent tenir 180 jours de sommeil à l'abri des conditions climatiques rudes de l'hiver et ne reprendre leur activité qu'à l'appel du printemps à venir. Au sortir de leur sommeil hivernal, les marmottes auront perdu environ la moitié de leur poids.

Cycle de vie La marmotte hiberne pendant tout l'hiver. L'hibernation est une « stratégie » qui permet aux animaux de passer les périodes plus maigres en ressources tel que l'hiver en limitant la dépense d'énergie. En effet, quand la température baisse suffisamment, l'activité de ces rongeurs baisse et vient le temps de rentrer en hibernation au chaud dans leur terrier. Les marmottes bloquent l'accès par l'intérieur en colmatant l'orifice par de la terre et de l'herbe. Gavées par la consommation importante de ressources présentes à la belle saison, elles se sont munies d'une couche de graisse qui leur permettent de passer l'hiver sans manger. Les marmottes entrent alors en état de vie ralentie, elles « dorment »: leur rythme cardiaque et leur température corporelle diminuent pour ne pas épuiser leurs réserves. L'hibernation dure environ 5 mois (entre mi-octobre et mi avril). Elles se réveillent toutes les 3 ou 4 semaines afin d'évacuer les déchets qui s'accumulent dans leur vessie. Avec l'alternance de ces coupures les marmottes peuvent tenir 180 jours de sommeil à l'abri des conditions climatiques rudes de l'hiver et ne reprendre leur activité qu'à l'appel du printemps à venir. Au sortir de leur sommeil hivernal, les marmottes auront perdu environ la moitié de leur poids.

Les jeunes naissent nus (sans pelage), aveugles et pèsent à peine 30 g. L'allaitement durera 8 semaines même si dès les 5ème semaine, courant juillet, atteignant 240 g, ils peuvent sortir et se nourrir d'herbes vertes. Ils quitteront le gîte maternel lorsqu'ils auront 3 mois et atteindront leur taille adulte à l'âge de 2 ans. La marmotte vivant en groupes familiaux, on les retrouve par communauté d'une dizaine d'individus comportant un mâle, une ou deux femelles et les portées des 2 années. La longévité de vie des marmottes en milieu naturel est autour de 4 à 6 ans.     Les marmottes constituent les principales proies des aigles royaux.

Les jeunes naissent nus (sans pelage), aveugles et pèsent à peine 30 g. L'allaitement durera 8 semaines même si dès les 5ème semaine, courant juillet, atteignant 240 g, ils peuvent sortir et se nourrir d'herbes vertes. Ils quitteront le gîte maternel lorsqu'ils auront 3 mois et atteindront leur taille adulte à l'âge de 2 ans. La marmotte vivant en groupes familiaux, on les retrouve par communauté d'une dizaine d'individus comportant un mâle, une ou deux femelles et les portées des 2 années. La longévité de vie des marmottes en milieu naturel est autour de 4 à 6 ans. Les marmottes constituent les principales proies des aigles royaux.

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière

Les alertes:

Souvent en montagne du printemps à l' automne on entend un ou plusieurs cris stridents: le cris de la marmotte qui met en alerte tout son voisinage.

Un seul cri puissant et toutes les marmottes se précipitent dans leur terriers. Ce cri unique signale la présence d' un intrus ou ennemi dans les parages.
Grâce à des cris réguliers, les marmottes se préviennent entre elles de la présence d'un intrus ( renard, chien, homme ). Ils se poursuivent aussi longtemps que l'intrus est présent sur leur territoire. L' ennemi le plus redoutable est l' aigle qui sans bruit fond sur sa proie qui lézarde au soleil. La vision de la marmotte (300°) et son odorat très développé la préservent souvent des attaques.

Toutefois le renard, qui avance très lentement et sait se fondre à l' environnement est un très puissant ennemi.

Les habitations:

Ce petit animal caractéristique vit dans un réseau de galeries souterraines reliant plusieurs terriers. A l' aide de leurs pattes antérieurs munies d' ongles longs et durs, les marmottes creusent galeries et terriers en rejetant la terre de chaque côté du corps. A l' aides des pattes postérieures elles repoussent les déblais hors du trou.

La marmotte est massive (comme une grosse boule de poils),elle pèse de 3 à 5 kg et mesure de 45 à 60 cm de long.
Son pelage est brun-jaune, le sommet de sa tête est plus foncé, parfois presque noir, son ventre plus clair (de brun clair à beige) et sa longue queue touffue (de 15 à 25 cm de long) est brune à la base et noire au bout. En hiver, sa fourrure isolante double de volume. Elle a de petites oreilles et des courtes pattes terminées par de petites mains composées.

Creuser pour la marmotte est une activité essentielle. L' entrée de la galerie principale est située souvent sous une grosse pierre. Elle est peu profonde. D' un diamètre de 15 cm env. elle mesure de 3 à 10 mètres de long.

Les lieux d' habitation sont situés entre 1200 et 2500 m d' altitude. Leurs terriers sont de 3 types:

  • les terriers d' été, qui abritent les portées de l' année.
  • les terriers d'hiver, leur résidences d'hibernation.
  • les terriers de fuite ou faux terriers: refuges créusés par avance et servant pour une fuite impromptue en cas de danger jugé imminent.
     

Dans leur réseau de galeries souterraines, les marmottes se dirigent à l' aide de leurs moustaches: les vibrisses. Les marmottes passent plus de la moité de leur vie dans leurs terriers, utilisés pour le sommeil, la reproduction et la mise bas. Elles vivent en famille. Se reconnaissent à leur odeur grâce à des glandes secrétant un liquide odorant qui permet à chaque animal de se reconnaître selon un rite qui consiste à renifler son voisin ou voisine au niveau des joues. Ce mode de fonctionnement permet de sauvegarder l' unité de la communauté et de délimiter l' espace de vie.
Chaque groupe familial possède son territoire, dans lequel se trouvent des pistes, des postes de guet, des terriers et de la nourriture. Plusieurs familles voisines forment une colonie.
Se sentir , se reconnaître , crier , jouer , se prévenir du danger , fuir, défendre les limites de son territoire, manger et aussi se " soleiller" , sont des actes de la vie les plus souvent observés dans une colonie de marmottes.

 

La saison des amours et hibernation:

Fin avril - début mai, mâles et femelles atteignent leur maturité sexuelle dans la deuxième ou troisième année. Après 34 jours de gestation, 2,3,4 marmottons naissent sans poil, yeux clos, pesant à peine 30gr.

 

L'hibernation dure 6 mois environ:

  • dès l'automne , la durée du sommeil s'allonge , l'activité se réduit au ramassage d'herbes sèches qui sert à tapisser le fond du terrier d'hiver.
  • Les unes après les autres, les marmottes s'endorment serrées en boule les unes contre les autres, la tête logée entre les pattes postérieures.
  • L'entrée du terrier est bouchée avec de la terre et de l'herbe. Début octobre, un long sommeil hivernal (6 mois) provoque de profonds changements physiologiques.
  • La température du corps s'abaisse jusqu'à 4°C, la respiration et les battements du cœur se ralentissent aussi considérablement (jusqu' à 3 coups/min!).
  • La vie est maintenue grâce à l'accumulation de réserves de graisse. De courts réveils permettent aux marmottes d'uriner. Pour ce faire elles se déplacent, dans un état second, dans des cavités spécifiques. Puis retournent à leur place pour continuer leur hibernation. Elles sont donc toujours propres sur elles. A la fin de l'hibernation, elles ont perdu la moitié de leur poids.

 

Regrossir en 6 mois:

Le réveil de ces mammifères herbivores coïncide avec la repousse de la végétation dès avril au début du printemps. Elles rongent , broutent , grâce à leur puissante dentition (4 longues incisives, 18 prémolaires et molaires broyeuses ) . A la fin de l'été , les marmottes adultes pèsent 5 à 6 kg et parfois plus. Elles ont doublé de poids en quelques mois. De quoi affronter un nouvel hiver.

Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Rando du weekend : Vallon du Combeau -La chevrière
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article