Mon séjour rando. dans la Vallée de la Méouge (05)

Publié le par Le jardin Le Clos fleuri de Claudette

Mon séjour rando. dans la Vallée de la Méouge (05)

 

Aujourd'hui, je vais vous partager une belle découverte, faite ce mardi 15 juin , située au cœur des Hautes-Alpes, dans le parc régional des Baronnies provençales : les Gorges de la Méouge.

Avec Christiane comme animatrice et le club pédestre Chabeuillois ,

une randonnée prévue en séjour de trois jours que j'ai faite en deux jours à cause d'un petit problème technique à la fin du second jour  …

 Le premier jour ,col de st ange ,la rando est écourtée en allant garer les voitures dans la forêt de Beynaves" par le chemin forestier  au lieu du village de Sainte-Colombe .

 

Dactylorhiza fuchsii (Druce) Soó Orchidacées Orchidée tachetée commune

Nous montons vers la crête, parvenu à un col au dessus de la Touisse, nous prenons un Itinéraire assez tortueux mais balisé ,nous arrivons au col de st Ange .

Raiponce orbiculaire (Phyteuma orbiculare)

 

 

Thymus vulgaris L. Lamiacées Thym

 

C'est là que nous décidons de pique-niquer . 

 Après le repas nous reprenons notre chemin pour nous rendre aux voitures dans la forêt de Beynaves.

Sedum acre L. Crassulacées Orpin

 

Campanule raiponce (Campanula rapunculus)

 

Sempervivum Crassulacées

De là nous allons boire un verre à Orpierre en voiture .

 Orpierre est un charmant village des Baronnies provençales, situé dans la vallée du Céans, à 12 km de Laragne, au sud des Hautes-Alpes.

Cytisus scoparius Lien Légumineuses Balai européen

Adossé à la montagne, le village d’Orpierre est réputé dans le monde entier pour ses falaises .

Histoire d’Or-pierre...
Ici, la pierre est une amie omniprésente… L’ancien nom latin d’Orpierre signifie d’ailleurs « vallée pierreuse » (Vallis Petrosus), il se transforme au Moyen Âge en « Valperrus », puis suit de nombreuses évolutions avant de devenir l'actuel Orpierre !

 Et le trésor du village s’il n’est pas d’or, est sans doute de pierre ! La pierre des rochers qui l’entourent : le Suillet 1324 m, le Rocher St-Michel 1216 m, le Rocher du Quiquillon 1025m forme un écrin pour les vielles pierres qui ont gardé toute l’âme du village d’antan.

Après avoir fait deux ou trois courses à un petit magasin du coin ,nous nous rendons à notre hébergement pour deux nuits "Ecoloc "

Un projet de développement local porté par des habitants, la réhabilitation d'une ancienne colonie fermée depuis 5 ans, la remise aux normes des bâtiments, des agréments jeunesse et sport et inspection d'académie, une volonté et un dynamisme collectif depuis 3 ans pour refaire vivre un lieu d'éducation populaire emblématique, un projet en construction soutenu par la Fondation de France, des emplois crées, des services rendus à la population, des retombées économiques pour la vallée…Un lieu génial soutenu par une équipe de bénévoles engagée et très sympa.

Après notre première nuit de sommeil ,et un bon petit déj. nous allons voir la Méouge de plus près .

Campanule moyenne Campanulacées

 

Lonicera periclymenum L. Caprifoliacées (Chèvrefeuille )

La Méouge est une rivière qui prend sa source dans la Drôme, traverse les Hautes-Alpes et se jette dans le Buëch par sa rive droite, lequel se jette dans la Durance, laquelle se jette enfin dans le Rhône.

Par endroits la rivière turquoise bondit en cascade, forme des tourbillons, des trous d'eau, des plages de galets polis, au fond de gorges profondes et verdoyantes, baignées de chaleur et de lumière.

Désignées comme une Merveille des Hautes-Alpes, les Gorges de la Méouge sont réputées pour les baignades et les promenades…

Lathyrus latifolius Légumineuses Pois-immortelle

classées réserve biologique et elles sont l’un des joyaux du territoire Sisteron Buëch. 

L'origine du nom "Méouge" viendrait du mot "Méoujo" en provençal, ce qui signifierait "l'eau qui a la couleur du miel".

Il peut y avoir deux explications à cette évocation du miel. En effet, au moindre orage, l’eau se charge des argiles marneuses des versants drômois du Séderonnais. L’eau prend instantanément une coloration « chocolat », donc pas véritable celle du miel. La seconde explication qui nous paraît plus plausible est la coloration caractéristique des cascades de tuf qui jalonnent les Gorges de la Méouge, notamment sur la commune de Châteauneuf-de-Chabre. De multiples petits affluents de la Méouge, alimentés par des sources très chargées en carbonate de calcium, déposent ici des concrétions calcaires formant à chaque fois comme des écoulements de miel. La conjonction des couleurs de son eau turquoise et couleur du miel des tufs confèrent à la Méouge un pouvoir attractif magique et envoûtant. C’est un lieu propice à la redécouverte d’une nature belle et sauvage.

 

La route pittoresque des gorges de Méouge, fait de nombreux méandres surprenants, elle est parfois étroite et limite les croisements il faut négocier pour y parvenir . Inutile de dire que les points de stationnement ne sont pas fréquents ,il est conseillé de rouler avec prudence pour ne pas rater  les quelques parkings aménagés.

J'imagine l'ambiance pendant les mois d'été ,mais nous, nous n'avons pas vu grand monde .

Des panneaux d’indications présentent les nombreux parcours de randonnées pédestres et les parcours pour les vélos.

 Prenant sa source dans la Drôme, la Méouge est en réalité plutôt un torrent fougueux qui a creusé, sur plus de 4 kilomètres, un lit fait d'énormes galets alternant avec de toutes petites plages de sable, des trous d'eau et des cascades. 

Amoureux des vieilles pierres nous admirons, ce très vieux pont roman, (XIVe-XVe récemment rénové )à trois arches, encore en très bon état, ainsi que les vestiges d'un moulin qui fut emporté par une crue en 1901.

Pour cette deuxième journée de randonnée ,nous partons du pont roman (balisage du tour de Pays jaune et rouge) qui s’incline doucement vers l’autre rive ; seule la première arche en arc brisé témoigne de la période de sa construction (XIVè ou XVè). Au début du XXè siècle, les crues de 1901 de la Méouge ont détruit le vieux moulin de Pomet de l’autre côté de la rivière ; il ne reste qu’un pan de mur en ruine et le trou dans lequel s’insérait l’axe de la meule.

Les paysans y venaient moudre le froment, l’épeautre et  le seigle, broyer les noix et les amandes ou battre le chanvre pour le tissage des vêtements.

Quelques mètres devant, un arbre planté au milieu de l’eau, on ne sait comment, résiste au courant. Le travail incessant de la rivière a par endroit creusé des marmites de géant ou laissé des sculptures de pierre en forme de champignon.

Quelques cascades ont sculpté naturellement de jolies formes qui s’accrochent aux parois rocheuses.

Nous remontons tout doucement par un sentier ,nous restons légèrement au-dessus de l’eau, en longeant la rivière.

De magnifiques plissements dignes de cours de géologie sont visibles sur les deux rives ; 

Sous l’effet de la poussée pyrénéenne, le feuilleté de roches calcaires qui recouvrait la région s’est lentement déformé en ondulations créant une série de plis en gouttière, les synclinaux, orientés essentiellement est-ouest. La Méouge coule dans le fond d’un de ces synclinaux. 

Ce circuit remarquable dans un paysage méditerranéen , tout en montagnes russes mérite tout de même une certaine attention par endroits.

 

En effet une érosion du sentier s'est produite et un passage mérite un court détour, surtout pour personnes sujettes au vertige. Ce détour d'une dizaine de mètres est tout à fait sécurisé.

Montées et descentes nombreuses et assez rapprochées. j'ai trouvé la balade superbe mais un peu difficile avec ces dénivelés rapprochés.
Bien abritée par les arbres le matin nous rejoignons la route de Saint-Pierre-Avez.

Nous descendons puis cheminons par un sentier bosselé,

Orobanche gracilis Orobanchacées L'orpin mince

souvent taillé dans la falaise, plus ou moins proche de la Méouge ,nous contournons le Rocher du Château (tour naturelle torsadée, rescapée de l’érosion).

Après un nouveau raidillon et une traversée en sous bois,

Après avoir traversé un ruisseau ,nous arrivons à nouveau près de la Méouge ,c'est un coin parfait pour le casse-croûte et une petite baignade pour ceux qui le désirent .

Anthericum liliago Asparagacées Lys de Saint-Bernard

Lieu privilégié de chaleur et de lumière, les Gorges de la Méouge sont un lieu réputé pour la qualité de leurs eaux et par la beauté de son site.

Après notre repas ,la baignade ou la sieste ,il faut bien repartir ….

Le retour se fait par côte chaude , la montée est rude en plein soleil, au milieu du thym en fleur ,

et on arrive au terrain de vol libre avec des tables de pique nique ,nous faisons une petite pause .

Anthericum liliago Asparagacées Lys de Saint-Bernard

 

Ophrys apifera Huds. Orchidacées Abeille Orchidée

 Il y a une fontaine à Pomet ,et c'est là que notre rando s'arrête ,il pleut des cordes soudainement après deux grondements de tonnerre .Les chauffeurs vont récupérer les voitures au pont Roman ,et ils viennent nous chercher .

Cette fontaine-lavoir se trouve au centre de l'ancien village de Pomet, à une altitude d'environ
670 mètres. Un grand peuplier est planté immédiatement à l'ouest du bassin de la fontaine qui semble être monolithe.  L'adduction en eau de cette fontaine-lavoir est assurée par une source .

J'ai adoré ces randonnées qui nous ont dépaysées avec des paysages sublimes !Merci beaucoup à Christiane de nous avoir fait connaître cet endroit magique .

Mon séjour rando. dans la Vallée de la Méouge (05)
Mon séjour rando. dans la Vallée de la Méouge (05)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bravo Claudette,
Superbes photos et commentaires très élaborés ????????
Gerard
Répondre
C
Merci beaucoup ,ton commentaire me fait très plaisir