Ma balade au château de Crussol

Publié le par Le jardin Le Clos fleuri de Claudette

Ma balade au château de Crussol
Ma balade au château de Crussol

Le circuit tracé par Jacques Charles

Pour ceux qui ne sont pas du coin :

Le château de Crussol est une forteresse médiévale du début du XII e siècle, située sur la commune de Saint-Péray, dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Bon déjà, l'Ardèche, on peut tous s'accorder à dire que c'est un endroit magnifique ,en tout cas ,c'est mon avis   !

S'il existe un site en vallée du Rhône qui augure bien de cela, c'est le Château de Crussol !

Notre ami Jacques Charles nous a proposé cette balade en après midi ,et vu que notre randonnée du matin a été annulée à cause du mauvais temps et de la neige précoce dans le Vercors ,c'est avec grand plaisir que nous acceptons de sortir prendre l'air !

Itinéraire Chabeuil -St Peray

 Jacques C. à garé sa voiture à Crussol vers le théâtre de verdure,

pour faire une balade en boucle .

 La promenade à Crussol a commencé par une jolie petite boucle dans la forêt de chênes-verts autour du site d'escalade.

Nous remontons par l'ancienne carrière et rejoignons par la crête le Château et redescendons au théâtre de verdure ,où nous attend la voiture .

Nous sommes passés  par le château de Meyret, avec au fond le village de Toulaud.

Les origines de la commune de Toulaud sont très anciennes .



La guerre de 100 ans fait vivre à Toulaud et à ses habitants des troubles dramatiques. En 1348, la peste noire fit des ravages où elle décima le quart de la population.

Après cette épidémie, c’est la guerre sans merci que se livrent les deux grands Seigneurs locaux : Le seigneur de Crussol et le Comte Josrand de St-Didier (près d’Alboussière).

Dès 1430, une nouvelle recrudescence de violence menée par une invasion de troupes venues de Bourgogne, oblige la population à se fortifier. Il en résulte, que nous pouvons aujourd’hui admirer tout au moins l’architecture des maisons fortes, nombreuses dans la campagne de Toulaud : Meyret

 

LE CHÂTEAU DE MEYRET

Il fut la propriété de la famille de Merez jusqu'au milieu du XVIème, la famille connaît alors de graves difficultés financières les obligeant à vendre le château. Si on en croit l'armorial du Vivarais de Benoît d'Entrevaux, la famille est connue dès 1248. Un peu plus tard, Jean de Mèrez accompagna le seigneur de Crussol à la croisade en qualité de cranequinier.

Idéalement placé avec une vue sur la plaine ainsi que sur le village de Toulaud, il semble encore veiller sur les alentours. Les deux tours rondes du château sont parfaitement conservées.

 

 Détail d'une des tours du château de Meyret  avec sa girouette.

Des chevaux viennent à notre rencontre .... 

Nous passons dans les vignes ,plus une seule grappe , 

les vendanges sont faites pour l’Appellation d’origine contrôlée de Saint-Péray.

Sur les pentes du château de CRUSSOL, nous avons trace de la présence de la vigne dès l’antiquité et surtout durant l’époque Gallo-Romaine.

On peut facilement imaginer l'ampleur de l'endroit lorsque nous y sommes.

De magnifiques points de vue de là où nous sommes .

  On va explorer l'ancienne carrière romaine dans les forêts de chênes verts qui jalonneront notre parcours,

 On a même vu de l'escalade 

Une magnifique ballade sur la crète,

une vue impressionnante du sommet, un panorama à 360° éblouissant !
Bon d'accord, la montée à pied m'a un peu essoufflée mais cela en vaut vraiment le détour !

J'ai adoré cet endroit surprenant, calme et serein.

Je passais depuis des années sur l'A7 comme beaucoup d'entre vous, devant ce pan de mur avec quelques ouvertures, à hauteur de Valence, sans jamais m'arrêter ,si peut-être une fois avec les petits enfants ,mais il y a bien longtemps !!!!!
Une véritable découverte pour moi ,je ne me le rappelais pas comme ça  !

Château féodal dominant Valence et la vallée du Rhône depuis son emplacement rocheux.

Il reste des ruines très impressionnantes que des passionnés tentent année après année de restaurer.

Certains diront que ce ne sont que quelques pierres mais les fondations sont très bien conservées, la balade est très agréable, le site est calme (pas beaucoup de monde cet après midi ) et le panorama est complet et impressionnant sur la vallée du Rhône.

 

Le château de Crussol est libre d’accès, et surtout le site est totalement gratuit, le parking  aussi.

Les paysages sont magnifiques et les ruines du château dominent la vallée de la Drôme en offrant, parfois, une vue plongeante splendide .


Il faut grimper jusqu'en haut pour mériter cette vue puis s'asseoir tranquillement pour profiter de l'endroit qui porte à la sérénité, à la méditation, à l'envie que le temps s'arrête.

Le panorama depuis le sommet est absolument magnifique :méandres du Rhône qui serpente de ville à ville, montagnes tapissées de vignobles des célèbres crûs de la Vallée du Rhône,

  on devine ça et là des villages connus pour leurs vins fabuleux , et le regard déjà se porte au loin pour y deviner un nom.


Quant aux ruines; elles n'ont que pans de murs encore debout et par quel miracle tiennent-elles encore ? L'imagination ne peut que nous faire penser à ce qui s'est passé quelques siècles plus tôt au sein de ces murailles .

Nous avons joué les explorateurs des temps passés en allant de maison en maison avec ce qu'il reste des ruelles abritées par les remparts.

On estime qu'au Moyen-Âge, entre 600 et 700 personnes vivent dans les 3 hectares protégés par les murs .

Oui imaginons telle famille couronnée dominer la vallée, fière et puissante, la haute cheminée en pierres; chauffant les pièces rustiques en hiver .

On repense là-haut, au temps passé, à la flamboyance d'antan .

 On peut visiter ce qui fût la demeure du seigneur de Crussol et jeter un œil depuis une des fenêtres encore en état sur toute la vallée.

Superbes vues sur le Rhône.

En descendant on peut apercevoir les restes de demeures ou de boutiques.

Le château protégeait parfois jusqu'à 900 personnes derrière ses murs épais .Tout autour s'étendent des fermes, augmentant encore la puissance humaine de la forteresse en cas d'attaque.

L'été on donne des spectacles au pied du château sur un site moderne entouré de verdure.

Nous passons par l'accueil où nous trouvons des informations sur l'histoire du château .

Il y a aussi une boutique où l'on peut déguster une glace produit en Ardèche ou boire un verre et

voir une maquette du château au XII.

 

 Les costumes d'époque .....

ou des armes ,comme l'arbalette . 

La petite boutique propose des souvenirs 

Nous sommes passé devant la statue Notre-Dame de Crussol qui fut édifiée à la fin de la seconde guerre mondiale en remerciement à la vierge d’avoir épargné la ville des bombardements. 

 

Merci beaucoup à notre ami Jacques Charles ,c'était une belle journée dominicale !

 

 

Crussol, un emplacement stratégique :

Crussol domine la vallée du Rhône et aujourd’hui encore, il est facile d’imaginer quel rôle stratégique il pouvait jouer. Le château culmine à 400 mètres de hauteur et est protégé par une abrupte montée rocheuse de 250 mètres.

Il exerçait une surveillance sur la vallée du Rhône. Il faut savoir que le Rhône matérialisait autrefois la limite entre le royaume de France et l’Empire romain germanique jusqu’à ce que la partie du Dauphiné soit rachetée par la France au milieu du XIVe siècle. Perché sur son éperon rocheux, Crussol avait une vision vaste pour observer le déplacement des assaillants éventuels, surveiller le royaume opposé. Crussol avait donc un rôle défensif.

L’axe de communication du Rhône, très fréquenté depuis l’Antiquité, constituait aussi un trait d’union entre la Méditerranée et l’Europe du nord par lequel transitaient des marchandises par voies fluviale et terrestre. Le site contrôlait ainsi les points de passages sur le Rhône et en percevait des recettes.

Crussol était donc un territoire où l’activité commerçante et artisanale s’est beaucoup développée. 

Positionné à la jonction de l’Isère et de la Route du Puy en Velay, point de passage  du chemin de Compostelle, l’activité artisanale et commerçante y prospère. 

Pour toutes ces raisons, défensives et commerçantes, le château de Crussol est une des clés du pouvoir.

A son apogée au XIIe et XIVe siècle, le château de Crussol compte près de 600 habitants, artisans, commerçants qui peuplent les 3 hectares de l’enceinte des remparts (il est rare d’avoir une superficie si étendue intra-muros), qui représente un périmètre de 800 mètres. 

Les fouilles réalisées sur le site ont permis de mettre en lumière l’existence de 2 forges, démontrant bien la richesse du fief. Au bas des remparts, au niveau du bâtiment d’accueil, il existaient des exploitations agricoles regroupant probablement 300 habitants de plus, ce qui ramenait la puissance humaine du château à 900 hommes rendant la forteresse imprenable tant que les canons n’existaient pas. 

Toute une vie s’organisait sur le site. Les travaux de défrichement réalisés par la fondation de Crussol dès les années 60 et par le Syndicat intercommunal puis par la Communauté de communes Rhône Crussol ont permis de rendre visible, la manière dont le château était occupé et organisé par corporations. Quartiers des chevaliers, maréchal-ferrant, clergé, tisserands, des ferronniers, du boulanger, logis seigneurial, citernes et garde-manger… 

Un peu d'histoire :

Au XIIe siècle, les seigneurs de Crussol sont les vassaux des comtes de Toulouse.

Le jeu des alliances, des mariages et des services rendus au roi les mènent à assumer de grandes charges au sein du Royaume : Vicomte, Comte, Duc et pair, cousin du roi, grand chambellan, gouverneur, lieutenant des armées…

 Pons Bastet de Crussol combattra par exemple aux côtés de Philippe Auguste durant la 3e croisade.

Une guerre menée en alliance avec les seigneurs de Tournon permettra notamment de récupérer le Château de Charmes-sur-Rhône, lors d’une lutte acharnée contre Chabeuil.

 

Les seigneurs de Crussol sont alors très puissants.

Par exemple, des écrits témoignent que l'évêque de Valence n'hésitera pas à les solliciter pour récupérer une dette auprès du seigneur de Chabeuil, épisode durant lequel le seigneur de Crussol allié à celui de Tournon détruira le château de Chabeuil.

 

Lors de cet épisode de notre histoire, le château de Chabeuil fut ainsi détruit par l’alliance des Crussol/Tournon.

Les Crussol règnent en maîtres et sont particulièrement respectés, notamment grâce à ce genre de démonstrations de force et à leurs titres bien sûr.

Pour exemple :

• Entre 1427 et 1428, Giraud V de Crussol est appelé par Charles VII pour participer à de grandes assemblées. Notamment, celle où Jeanne d’Arc vînt lui demander une armure et une armée pour libérer la France.

• En 1486, à la fin du XVe siècle, le seigneur de Crussol Jacques de Crussol épouse Simone d’Uzès, dernière héritière de sa vicomté, ce qui accroît la puissance de la famille Crussol-Uzès.

 Celui-ci conservera néanmoins longtemps une garnison mais sera plusieurs fois pris d'assaut lors des guerres de religion. C'est finalement la famille de Crussol qui décidera elle-même du démantèlement de la forteresse.

En ces temps, le contexte est favorable à la paix, les habitants commencent à aller peupler la vallée et les Crussol d’Uzès préfèrent occuper des palais plus confortables que la forteresse de Crussol.

• Entre 1573 et 1578, Crussol est en proie aux Guerres de Religion, la forteresse est prise 5 fois. Le château est incendié et le donjon est détruit. Toute la défense est réduite en miettes.

Crussol maintient tout de même une place d’honneur vis à vis des Rois de France. Une garnison restera sur place avant que la Famille de Crussol décide de son démantèlement (décision prise par les Crussol et non par le Roi de France, nouvelle preuve de l’importance des seigneurs de Crussol). C’est la fin du règne de Crussol mais l’ouverture d’une autre page de notre histoire.

Au XVIIe siècle, le bailli de Crussol s'installera au château de Beauregard, situé en contrebas, sur le coteau dominant Saint Péray.

Ce même château de Beauregard qui deviendra prison d'état quelques dizaines d'années plus tard, perdra ce statut sous la Révolution, avant de le redevenir sous Napoléon.

C'est finalement dans ses caves qu'aura lieu la première prise de mousse du vin de Saint Péray en 1829... ouvrant la voie à la prospérité du village !

De nos jours, Crussol outre les ruines majestueuses du château , est un site naturel protégé (Natura 2000 et Espace Naturel Sensible), riche de la variété de sa faune et de sa flore.

 

 

Le château de Crussol a-t-il été construit par un géant ?

Forteresse médiévale située sur un rocher escarpé qui surplombe la plaine de Valence, le château de Crussol est sans conteste l’un des châteaux forts les plus emblématiques d’Ardèche.

Depuis des siècles, une mystérieuse légende à laquelle croyaient fermement les habitants de la région a fait l’objet de tous les fantasmes et spéculations, avant que les progrès de la science ne fassent finalement toute la vérité sur ce mystère… 

Bien qu’en ruines aujourd’hui, le château de Crussol fût l’un des plus emblématiques de l’Ardèche en raison de sa légende qui attribue sa construction à l’œuvre d’un géant de 7 mètres nommé Crussolius, roi mythique des Arvernes, un puissant peuple gaulois installé dans la région auvergnate, ayant d’ailleurs donné son nom à cette région entre le VIIe et le Ier siècle av J.-C. Ce bon géant bâtisseur aurait exercé son influence jusque sur la ville de Valence de l’autre côté du Rhône, qu’il traversait en une seule enjambée lorsque l’envie lui prenait de la visiter. Loin de sortir de nulle part, cette légende du géant valentinois doit en fait son origine à la découverte en 1456, alors que le futur roi Louis XI gouvernait le Dauphiné, de différents ossements fossilisés de taille gigantesque, certains de 7 mètres de long et d’autres de 9 mètres, trouvés non loin du site du château dans le village de Saint-Péray situé en contrebas.

Ces ossements donnèrent aussi lieu à une autre légende, affirmant que le château aurait été habité par un second géant qui y avait élu domicile après avoir nettoyé la région de ses occupants, et serait même le fondateur de la ville de Valence, qu’il créa en jetant sa lance dans la plaine et en s’écriant « Va lance! »… D’où le nom de la ville… Pas très inspiré effectivement. Quant aux Valentinois, cette seconde légende fait carrément d’eux les lointains descendants de ce géant qui aurait peuplé sa ville par la méthode la plus simple, c’est-à-dire tout simplement en copulant avec toutes les filles de la région qu’il croisait.

Les naturalistes comprennent alors que ce qu’ils appellent elephas meridionalis n’est en fait pas une espèce d’éléphant, mais une espèce de mammouth, et que les ossements découverts à Saint-Péray sont en fait ni plus ni moins que les restes de mammouths préhistoriques qui auraient vécu ici, une thèse confirmée par l’examen d’autres ossements similaires découverts dans la région au milieu du XVIème siècle exposés depuis au musée archéologique de Soyons, mettant ainsi fin à la légende du géant de Crussol.

Paul Joseph Jamin (1853-1903), La fuite devant le mammouth, 1885, huile sur toile, musée de l’Homme.

 

Des chiffres ????
Graphique

 

Ma balade au château de Crussol
Ma balade au château de Crussol
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article