Les plantes toxiques au jardin qui servent de matière première à la pharmacie pour préparer des médicaments. .... .

Publié le par Le jardin Le Clos fleuri de Claudette

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D'ETHNOPHARMACOLOGIEPLANTES MÉDICINALES ET PHARMACOPÉES TRADITIONNELLES

 

 

 

 

       http://www.ethnopharmacologia.org/                                                                 

Le jardin des plantes toxiques présente les plantes dangereuses qui servent de matière première à la pharmacie pour préparer des médicaments. Poison à fortes doses, elles contiennent des substances qui, à faibles doses, deviendront des médicaments prescrits par les médecins. Toxique pour le cœur, la digitale fournit la digoxine, un cardiotonique à très faible dose.

La quarantaine de plantes toxiques sont présentées en fonction de l’indication thérapeutique des médicaments qui en dérivent. D’autres plantes non toxiques intéressantes pour leurs propriétés médicinales trouvent également place dans ce jardin.

A. LES PLANTES CARDIOTOXIQUES

Ces plantes renferment des substances toxiques pour le cœur, mortelles à certaines doses en provoquant un arrêt cardiaque, ce sont des hétérosides. A très faibles doses, les molécules extraites de ces plantes servent à préparer des médicaments cardiotoniques dans l’industrie pharmaceutique.

1. Digitales (Digitalis purpurea L., D. lanata Ehrh.)

La digitale pourpre, habituée aux sols acides et la digitale jaune liée aux sols calcaires élèvent leurs superbes hampes florales tous les deux ans. La plante est très toxique pour le cœur. Les feuilles de la digitale jaune cultivée servent pour l’extraction de la digoxine, un médicament cardiotonique prescrit par les médecins.

2. Scille (Drimia maritima (L.) Stearn)

La plante originaire du bassin méditerranée a un bulbe volumineux qui donne en été une superbe hampe florale. Elle est cardiotoxique, le bulbe sert à l’extraction de la proscillaridine qui était prescrite par les médecins comme cardiotonique. Le scilliroside est utilisé comme raticide.

3. Muguet (Convallaria majallis L.)

Cette petite plante vivace des sous bois du nord de l’Europe et d’Amérique forme une hampe florale avec des fleurs en clochettes au printemps. La plante est cardiotoxique, les fleurs et les fleurs fournissent des substances cardiotoniques qui étaient utilisées en pharmacie sur prescription médicale.

4. Laurier rose (Nerium oleander L.)

Spontané dans tout le bassin méditerranéen, cet arbuste souvent ornemental porte de très belles fleurs roses, blanches ou rouges groupées en corymbe. Toute la plante est cardiotoxique, les feuilles et l’oléandrine étaient utilisées en pharmacie sur prescription médicale comme cardiotonique et diurétique. La poudre de feuille sert également de raticide.

5. Adonis de printemps (Adonis vernalis L.)

Cette petite plante vivace à la fleur jaune d’or se plait dans les rocailles et les pâturages montagneux. Les parties aériennes sont toxiques et ont été utilisées en pharmacie sur prescription médicale comme tonique cardiaque et diurétique.

6. Hellébore noir (Helleborus niger L.) et fétide (Helleborus foetidus L.)

Ces hellébores sont des plantes herbacées qui fleurissent en hiver avec de superbes fleurs blanches pour la première et des fleurs verdâtres pour la seconde. Elle a jouit d’une grande réputation depuis l’Antiquité dans le traitement de la folie. La plante renferme des substances cardiotoxiques, mais elle n’a pas été utilisée en pharmacie.

7. Genêt à balai (Cytisus scoparius (L.) Link) :cardiorégulateur

Cet arbuste habitué des terrains siliceux et montagneux d’Europe porte de multiples fleurs jaunes sur ses rameaux dressés. Les fleurs renferment un alcaloïde, la spartéine. Les fleurs en infusion ne sont pas toxiques et ont des effets diurétiques. La spartéine extraite des fleurs est un régulateur cardiaque. On risque de le confondre avec le genêt d’Espagne (Spartium junceum L.) toxique qui provoque nausée et vomissement.

B. LES PLANTES DE LA DOULEUR

Face à la maladie, l’homme a cherché dans son environnement les plantes qui pouvaient le soulager. Ceux qui découvrirent les premières plantes efficaces, comme le pavot somnifère, furent considérés comme les premiers guérisseurs.

8. Pavot somnifère (Papaver somniferum L. )

Cette plante d’origine asiatique aux fleurs violet clair, forme des capsules qui, incisées, libèrent un liquide blanchâtre qui brunit à l’air et forme l’opium. Les premiers usages médicinaux du pavot remontent à la période sumérienne il y a 5000 ans environ. L’opium renferme de la morphine le plus puissant antidouleur connu prescrit par les médecins, ainsi que de la codéine, présente dans des médicaments contre la toux et la douleur.

9. Coca (Erythroxylon coca Lam.)

Originaire de la cordillère des Andes en Amérique du Sud, les feuilles mâchées traditionnellement sont toniques. La cocaïne était extraite des feuilles et ses dérivés servent aujourd’hui à la fabrication de médicaments anesthésiques locaux dispensés en pharmacie.

10. Chanvre indien (Cannabis sativa L.)

Originaire de l’Inde, le chanvre cultivé dans les pays chauds fournit une résine psychotrope et dans les pays tempérés des fibres textiles. Il sert à la préparation de médicaments expérimentés contre la douleur et les vomissements.

11. Aconit (Aconitum napellus L.)

Cette plante herbacée vivace des zones montagneuses d’Europe et d’Asie septentrionale porte une élégante hampe de fleurs violettes. La racine et les feuilles de cette plante très toxique, parfois mortelle, étaient prescrites à très faible dose contre les névralgies faciales.

C. LES PLANTES DU SYSTÈME NERVEUX AUTONOME PARASYMPATHIQUE

Le système nerveux autonome assure le fonctionnement du cerveau, de la pensée, de la mémoire, des cycles veille sommeil, de la volonté et des commandes des actions. Le système parasympathique fonctionne avec l’acétylcholine comme médiateur chimique. Des plantes renferment des substances qui activent ou inhibent ce système.

12. Tabac (Nicotiana tabacum L.) 

Originaire d’Amérique du Sud, cette grande plante annuelle aux fleurs rose violet, est traditionnellement utilisé dans des rites shamaniques amérindiens. La nicotine a une forte action psychotrope. Le tabac induit des dépendances fortes. La nicotine extraite des feuilles est disponible en pharmacie sous forme de patch ou de gomme pour arrêter de fumer.

13. Perce neige (Galanthus nivallis L., Narcisse (Narcissus pseudonarcissus L.)

Ces plantes vivaces fleurissent à la fin de l’hiver avec de gracieuses fleurs en clochette blanche pour le perce neige et jaune solitaire pour le narcisse. Les bulbes de ces plantes sont toxiques et induisent des troubles gastro-intestinaux. On extrait la galanthamine pour fabriquer des médicaments prescrits par des médecins contre la maladie d’Alzheimer.

 

14. Belladone (Atropa belladona L.),

15. Stramoine (Datura stramonium L.) ; Brugmantia sp

16. Jusquiame noire (Hyosciamus niger L.)

17.  jusquiame jaune (Hyosciamus alba)

18. Mandragore (Mandragora officinarum L.)

Ces quatre plantes de la famille des solanacées sont des plantes toxiques qui, à forte dose, induisent des convulsions, des délires et le coma. Ce sont des plantes magiques que les sorcières utilisaient rituellement en Europe au moyen Age. Les daturas et brugmantia entrent dans des rites chamaniques en Amérique du Sud.

La belladone est une plante herbacée des régions européennes tempérées, elle porte des fleurs violet pale qui donnent des baies noires toxiques.

La stramoine est une plante herbacée annuelle des régions tempérées et subtropicales avec des fleurs blanches à long calice qui formeront une capsule épineuse.

Les brugmantia sont arborescents et originaires des régions tropicales de l’Amérique du Sud et portent d’élégantes fleurs pendantes.

La jusquiame croit dans les régions tempérées européenne et asiatique, elle porte une tige sur laquelle les fleurs sont alignées d’une seul coté.

La mandragore est une plante herbacée vivace du bassin méditerranéen dont la racine profonde bifurquée rappelle la forma humaine.

L’hyosciamine et la scopolamine diminuent les contractions intestinales et les sécrétions digestives. L’atropine extraite de ces espèces est prescrite en collyre pour dilater la pupille.

D. PLANTES DU SYSTÈME NERVEUX AUTONOME SYMPATHIQUE

Le système nerveux autonome assure le fonctionnement du cerveau, de la pensée, de la mémoire, des cycles veille sommeil, de la volonté et des commandes des actions. Le système sympathique fonctionne avec l’adrénaline comme médiateur chimique. Des plantes renferment des substances qui activent ou inhibent ce système.

 19. Ephédra (Ephedra sinica Stapf)

Originaire de Chine, ces sous-arbrisseaux sont formés de tiges rugueuses avec de minuscules feuilles réduites à des écailles. La plante est toxique à fortes doses induisant des troubles du comportement et des tremblements. Elle renferme un alcaloïde, l’éphédrine qui est stimulant, antiasthmatique et coupe faim. Son usage est interdit à cause des effets secondaires dopants. Des dérivés décongestionnant du nez sont des médicaments prescrits par les médecins.

20. Lobélie enflée (Lobelia inflata L.:

Originaire d’Amérique du Nord, appelée aussi tabac indien, elle est traditionnellement utilisée aux Amériques. Cette petite plante herbacée porte des sommités fleuries rose bleu. Toxique, elle induit des vomissements, des vertiges et des convulsions. Elle renferme des alcaloïdes qui à très faible dose sont des stimulants respiratoires qui ne sont plus prescrits actuellement.

E. LES PLANTES ANTICANCÉREUSES ET CYTOTOXIQUES

Parmi les médicaments anticancéreux qui empêchent les cellules de se diviser, les plantes fournissent des molécules intéressantes obtenues par extraction puis parfois modifiée pour augmenter leur efficacité. Ces plantes sont toxiques et les médicaments anticancéreux obtenus ont des effets secondaires.

 21. Pervenche de Madagascar (Catharanthus roseus (L.) G. Don.)

Originaire de Madagascar, cette pervenche tropicale se pare toute l’année de jolies fleurs roses. Les parties aériennes contiennent des alcaloïdes qui fournissent des médicaments anticancéreux prescrits en milieu hospitalier.

 22. If (Taxus baccata L.)

Poison de flèche des Gaulois, l’if est très toxique. C’est un arbre européen atteignant une grande longévité qui porte des feuilles en aiguilles aplaties. Toute la plante est très toxique induisant des nausées pouvant provoquer un arrêt respiratoire. On extrait de ses feuilles des alcaloïdes qui seront modifiés pour préparer des médicaments anticancéreux prescrits en milieu hospitalier.

23. Podophylle d’Amérique (Podophyllum peltatum L.)

Plante herbacée originaire d’Amérique du Nord avec des feuilles lobées et une petite fleur solitaire blanche. La résine de podophylle provoque des troubles digestifs et nerveux graves. On extrait la podophyllotoxine qui sera modifiée pour préparer des médicaments anticancéreux prescrits en milieu hospitalier.

F. LES PLANTES ANTIPARASITAIRES

24. Armoise annuelle (Artemisia annua L.)

Plante herbacée d’origine chinoise aux feuilles très découpées et aux minuscules fleurs jaunes groupées en capitules disposés en grappe. Elle renferme de l’artémisinine largement prescrite en Chine et dans le monde entier comme médicament contre la malaria.

25. Fougère mâle (Dryopteris filix mas (L.) Schott

Le rhizome de la fougère mâle était déjà utilisé il y a deux mille ans contre les vers. C’est une fougère des sous bois de l’Europe tempérée. Elle est toxique et induit des nausées et des convulsions. La poudre du rhizome et la résine étaient prescrits à faible dose comme vermifuge.

26. Lilas de Perse, Neem (Azadirachta indica A. Juss.)

Arbre originaire de l’Inde et cultivé dans de nombreux pays, il porte des feuilles composées et de petites fleurs blanches en grappe. Il est employé en Inde depuis deux mille ans contre les maladies de peau et comme insecticide. IL renferme des triterpènes comme l’azadirachtine, largement utilisé comme insecticide.

27. Chrysanthème insecticide (Chrysanthemum cinerariaefolium L.)

Originaire des Balkans, cette plante herbacée donne des fleurs qui contiennent des pyréthrines non toxique pour les animaux à sang chaud, mais très toxique pour ceux à sang froid. D’où leur grande utilisation comme insecticide.

 28. Raisin d’Amérique (Phytolacca dodecandra L.)

Cette plante arbustive originaire de l’Amérique du Nord qui donne après floraison des baies noires en grappe, est toxique par ingestion. Elle provoque des brûlures, une gastro-entérite sanguinolente grave et des convulsions. Les saponosides tuent les mollusques et la plante est utilisée pour éliminer les hôtes intermédiaires qui vivent dans les rivières et transmettent des maladies parasitaires en Afrique.

G. PLANTES TOXIQUES ET MÉDICINALES

29. Ricin (Ricinus communis L.)

30. Colchique (Colchicum automnale L.)

contre la goutte

39. Lis de Malabar (Gloriosa superba)

contre la goutte

40. Petite pervenche (Vinca minor L.)

circulation cérébrale

41. Lierre, Hedera helix L.,

feuille antitussive, fruit toxique

42. Chélidoine, Chelidonium majus L.,

suc en application contre les verrues

 

H. PLANTES TOXIQUES SANS USAGE MÉDICINAL

43. Joli bois ou bois gentil (Daphne mezereum L.) ,

écorce et graines toxiques

44. Fusain (Euonymus europaeus L.)

graines toxiques

45. Bryone (Bryonia cretica L.)

fruits toxiques

43. Sceau-de-Salomon (Polygonatum multiflorum (L.) All.) :

fruits toxiques

44. Vératre ou ellébore blanc (Veratrum album L.)

plante toxique

I. PLANTES MÉDICINALES NON TOXIQUES

45. Stevia (Stevia rebaudiana Bertoni) :

édulcorant

46. Sophora (Sophora japonica L.:

rutoside veinotonique

Plantes stimulant l’immunité

47. Gogi (Lycium barbarum L.)

48. Rhodiole (Rhodiola rosea L.)

49. Echinacée (Echinacea angustifolia DC.) 

 Plantes pour l’obtention de stéroïdes contraceptifs ou anti-inflammatoires

50. Ignames, Dioscorées (Dioscorea spp.)

aliment après cuisson (diosgénine)

51. Agave sisal (Agave sisalana Perrine),

fibre textile (hécogénine)

52. Yucca ssp ,

saponines

Publié dans à propos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article