Le compagnonage au jardin bio ....

Publié le par Le jardin du Clos fleuri de Claudette

Le compagnonage au jardin  bio ....

~~ L’association des cultures permet de créer une synergie dans le milieu qui le renforce et le rend moins vulnérable.

Quelques exemples, et la liste est loin d’être exhaustive :

Les aromatiques :

Elles ont toutes un effet bénéfique sur les autres plantes. Parmi les plus connues on trouve la santoline, la lavande, le romarin, la sauge. Elles sont, soit récoltées et séchées (poudre) pour protéger des rats et des limaces ou empêcher les insectes de manger les graines (semis), soit plantées à proximité pour leur influence bénéfique sur les fruits et les légumes : elles améliorent la vigueur et contribuent à éloigner les insectes ravageurs.

La rue : la plus amère des « bonnes herbes », est une excellente répulsive. Les insectes parasites détestent son odeur âcre et amère au plus haut point : quelques feuilles de rue posées sur des nids de pucerons les font disparaître. Son purin est aussi efficace. Les feuilles peuvent être séchées pour préparer une poudre à maint usage : - les semences enduites de poudre avant d’être mises en terre sont protégées contre la plupart des parasites. - la poudre épandue autour des jeunes plants les préservera des insectes.

Les menthes : Toutes les espèces possèdent une odeur caractéristique, avec de nombreuses nuances. Elles ont la faculté de repousser nombres d’insectes parasites. Elle repousse la fourmi et donc lutte contre les pucerons noirs (amenés par les fourmis). La menthe attire aussi plusieurs espèces de mouches bénéfiques. Menthe poivrée est la meilleure variété à utiliser à cause de son odeur très forte. Les tiges sont coupées durant l’été et mises à sécher : la poudre de feuilles pourra être utilisée toute l’année. Menthe Pouliot appelée « herbe aux puces » possède une odeur que détestent les fourmis, les moustiques, les mouches et les puces des chiens et des chats. Elle repousse également les altises.

L’ail et les membres de sa famille : Ciboulette, Echalote, Oignon, et l’Ail ornemental. Cette famille (Allium) possède des propriétés répulsives et c’est une des plus efficaces pour repousser les insectes, l’ail est planté aux pieds des pêchers pour protéger de la cloque (comme l’oignon). La poudre d’ail desséché protège les graines et jeunes pousses des oiseaux et des insectes. Conserver les minces épluchures de peau, les mettre dans de l’eau (de pluie de préférence) et laisser reposer durant 2 à 3 jours. Vous obtiendrez un insecticide liquide très efficace à diluer dans 3 fois le même volume d’eau pure pour pulvériser très finement contre les parasites. La ciboulette se plante près des pommiers pour prévenir de la tavelure, de la gale et des chancres. Utilisée en infusion, elle permet de lutter contre le mildiou des groseilliers ou contre la rouille de la menthe. A pulvériser contre la tavelure et pour venir à bout de la gale des pommiers.

Les composées : Les asters, vergerettes et verges d’or sont des sources de nourriture à l’automne. La tanaisie attire un grand nombre de coccinelles.

L’Anthémis est favorable aux guêpes et aux mouches parasites. Les cosmos sont attractifs pour les prédateurs et particulièrement les araignées. Les fleurs de composées servent de sources de glucides pour les larves de chrysopes.

Les marguerites blanches et jaunes et l’achillée millefeuille sont également favorables aux auxiliaires.

Les crucifères : La moutarde sauvage est une des sources de nourriture préférées des femelles d’Itoplectis conquisitor, un parasite important du carpocapse.

L’alysse s’est avéré la plus prometteuse en attirant plus de 200 insectes bénéfiques par ravageur. Elle est peu compétitive et n’attire pas les punaises, ni les pucerons.

Les légumineuses : Exemples de petites plantes légumineuses :Haricot, pois, trèfle, luzerne, esparcette, arachide, lespédéza, kudzu, vesce, soja, gesse … Parmi les arbres et arbustes de cette famille on trouve : chicot du Canada, févier, virgilier, genêts, robinier faux acacia, faux-indigo … En plus d’apporter de l’azote aux plantes voisines, elles peuvent attirer de nombreux auxiliaires (punaises prédatrices et guêpes parasitaires) grâce à leur période de floraison très longue. Les légumineuses permettent d’accroître le rôle des prédateurs du sol. Les arbres fruitiers et la vigne apprécient d’être complantés de légumineuses associées à la moutarde (15 %).

Les ombellifères : Elles sont particulièrement attirantes pour un nombre important d’auxiliaires (carotte sauvage, fenouil, panais sauvage…).

Les absinthes : Le purin est utilisé en action préventive et curative contre les pucerons, les chenilles, les altises et les mollusques. Calendula (Souci) : Emet la même odeur âcre que les oeillets, un peu moins forte.

Capucine : Efficace dans la lutte contre les pucerons. Plantée au pied des pommiers, elle prévient contre le puceron lanigère (dans ce cas on la laissera pousser autour du tronc). L’infusion de capucine est à pulvériser en cas d’infestation dans les serres, elle écarte les Aleurodes.

Consoude : Riche en oligo-éléments et en minéraux, le purin a des vertus fertilisantes. Il renforce les végétaux contre les parasites et les maladies.

Fougère : Le compost à base de fougère est favorable aux semences d’arbres car il encourage la germination. Le purin non dilué peut être utilisé contre les limaces, les escargots et les insectes (pucerons, mouches mineuses, acariens…)

Lavande : Antimite bien connu, la lavande a d’autres vertus insecticides. On l’utilise sous forme de purin ou de plante compagne pour lutter préventivement contre les pucerons et les fourmis.

Molène : Attire la punaise de la molène qui attaque voracement les tétranyques et les pucerons. Malgré son efficacité, ce prédateur peut s’attaquer aux pommes provoquant des verrues sur les fruits.

Oeillets d’Inde (tagetes) : Famille de grande valeur pour repousser les insectes qui attaquent la partie aérienne des plantes mais aussi les parasites qui attaquent les racines. Ils possèdent une odeur acre et piquante que beaucoup d’insectes ne supportent pas : c’est un des meilleurs moyens d’écarter la « mouche blanche » (aleurode), les pucerons et les altises. Ils contiennent une substance dans les racines qui tuent les nématodes qui attaquent les racines de beaucoup de plantes. Le grand tagetes africain (tagetes minuta) est utilisé contre le chiendent et les autres mauvaises herbes à racines riches en amidon.

Ortie piquante : Une des plantes les plus importantes et les plus utiles aux jardiniers. Elle sert de nourriture aux chenilles de divers papillons, vulcains, vanesses et paons. Très riche en oligo-éléments et minéraux, elle sert de compagne aux arbres fruitiers charnus et aux plantes médicinales. Le purin d’orties est utilisé en prévention des maladies cryptogamiques et en fortifiant.

Phacélie : C’est une plante très attirante pour un grand nombre d’insectes bénéfiques en plus d’être une des plus mellifères. Elle attire particulièrement les syrphidés prédateurs de pucerons, les carabes et les parasitaires de la cochenille de San José.

Prêle : Son fort pourcentage de silice permet de combattre à titre préventif et curatif les maladies cryptogamiques (rouille, moniliose, cloque botrytis, mildiou et taches noires). On l’utilise en décoction non diluée à pulvériser sur les feuilles développées (diluer chaque fois qu’on l’utilise deux fois au même endroit).

Rhubarbe : On utilise l’infusion non diluée en traitement préventif pour lutter contre les teignes et pucerons noirs.

Sarriettes (sarriette des jardins et sarriette des montagnes) : Souvent connues sous le nom « d’herbes aux fèves » car elles constituent d’excellentes compagnes pour les fèves et haricots à rames. Elles exhalent une odeur chaude, presque épicée qui a la faculté de repousser les pucerons. Elles sont par ailleurs de bonnes plantes mellifères pour les insectes pollinisateurs.

Sureau noir : Le purin de sureau est utilisé non dilué, en prévention pour lutter contre les attaques des altises, noctuelles, thrips et pucerons.

Tanaisie : Plantée sous les pêchers, elle éloigne les insectes volants nuisibles (lépidoptères) et est efficace pour repousser le coléoptère japonais des vignes et framboisiers. On utilise la décoction non diluée contre les aleurodes, altises, fourmis, mouches des légumes, pucerons, papillons…

Tomate : Le purin de feuilles repousse la plupart des insectes (pucerons, altises, piéride, teigne …) ; on peut accrocher le feuillage des tomates dans les branches des fruitiers. Ses sécrétions racinaires inhibent la croissance des jeunes abricotiers.

Valériane : Spécialiste du phosphore, elle attire les vers de terre (appliquer une fois par mois en été) et constitue un excellent tonique en pulvérisation.

Espèces végétales dont les fleurs favorisent les auxiliaires : Panais, carotte, fenouil, aneth, coriandre, angélique, anis, cerfeuil, marguerite, tournesol, topinambour, aster, verger d’or, achillée, nielle des blés, silène, lychnis, céraiste, lupin…

Plantes et arbustes à fleurs d’été exerçant une influence bénéfique : Eglantier, sureau, buddleia, troène, verge d’or, bergamote, hysope, mélisse…

Publié dans à propos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article